Défis et enjeux du secteur agricole: quelle vision pour l’avenir ?

Le Forum de l’Académie Politique et la Konrad-Adenauer-Stiftung organisent une journée d’étude autour du thème : « Défis et enjeux du secteur agricole: quelle vision pour l’avenir? » et ce le samedi 23 février 2019, à l’hôtel RamSam – Béja.

Cette journée traitera de la problématique suivante :

L’agriculture tunisienne est un secteur important d’un point de vue économique puisqu’il génère environ 12% du PIB et emploie 18% de la population active. En dépit de ce rôle stratégique proclamé, l’agriculture semble aujourd’hui pâtir de nombreuses entraves à cause des modèles de développement agricoles ayant montré leurs limites.  En effet, l’absence d’une politique publique efficace augmente de plus en plus la paupérisation de la population rurale.

Les défis semblent ainsi majeurs dans la mesure où la production en grandes cultures et en productions animales sont loin d’être stabilisées pour être capables de sécuriser le revenu des agriculteurs ainsi que garantir leur sécurité alimentaire. Par ailleurs, les terres agricoles subissent, au quotidien, des dégradations engendrées par une urbanisation galopante sous peu de contrôle, l’usage de techniques de travail du sol inadéquat, l’érosion et la rareté de l’eau. A cela s’ajoutent les circuits de distribution peu organisés, sans oublier le faible soutien aux producteurs et le faible accès aux crédits de 7%.

Dans un contexte mondial marqué par la libéralisation des échanges et avec la perspective des négociations qui s’ouvrent entre la Tunisie et l’Union Européenne dans le cadre de l’ALECA, un débat national sur l’agriculture s’impose afin de choisir une vision claire apte à relever tous les défis structurels et conjoncturels précités.

Alors quels modèles devons-nous choisir pour une agriculture durable? Quelle politique agricole voulons-nous pour la Tunisie de demain? Celle qui institue un nouveau modèle de développement agricole durable capable de préserver nos ressources naturelles tout en contribuant à l’accroissement de l’intégration de notre agriculture au commerce mondial.

Montre plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer