Mongi LOUKIL : Le corps part et l’esprit reste

Un pionnier, une légende, un bâtisseur, un monument  du tourisme tunisien s’en va : Mongi LOUKIL.

Un parcours de combattant et une carrière exemplaire: il est parti de rien pour ériger un monde: le groupe Carthage Tours et la chaîne Palm Beach Hôtels.

Un caractère de tonnerre : une tête pensante, un forcené du travail, un passionné de la vie, l’ami, le frère, l’ami de ses amis.

A 82 ans (né le 17 janvier 1936), Mongi  est parti le 25 février 2019, un Dimanche, un jour qui lui va bien : jour de repos, de fête et de farniente.

Lui qui a travaillé toute sa vie pour le bonheur des autres, pour rendre les gens heureux, pour leurs vacances et leurs loisirs.

Lui qui a fait du tourisme et des voyages, sa raison  d’être et sa philosophie de vie, sa passion et sa vocation. Le tourisme tunisien et le tourisme en Tunisie lui doivent une fière chandelle.

Le tourisme est en lui par essence : Natif de  de Djerba, la Tahiti de la Méditerranée, terre d’Ulysse. Son père Ali était, déjà à l’époque Président du syndicat d’initiative de l’île.

Le tourisme, il n’y est pas venu par accident. Il l’a étudié, en 1959, en Suisse, à l’Institut Supérieur de Recherches Touristiques de Berne.

N’était-il pas le premier représentant du tourisme tunisien à  New York en 1963, âgé à peine de 27 ans ?

Il a fait partie, à la fin des années soixante, des fondateurs du célèbre groupe  étatique de l’époque : la S.H.T.T et plus précisément de son agence de voyages Tourafric.

Après un bref passage à la direction de l’agence ASFAR, Voyages 2000 (qui existe encore), et en 1971, à l’âge de 35 ans, Mongi s’installe à son propre compte et devient son propre patron.

Il crée son agence de voyages «Carthage Tours» qui devient, très vite et jusqu’à ce jour, l’une des principales et meilleures agences de la place.

Le large est pris et la grande aventure commence. Que de touristes et de Tos il a ramené en Tunisie !  Que d’évènements, de congrès et de groupes il a traité !

D’agent de voyages, Mongi saute le pas et devient hôtelier, en créant, en 1984, Palm Beach, une chaîne d’hôtels de catégorie 4 et 5 étoiles, totalisant 3000 lits, Djerba, Hammamet et Tozeur.

Dans le tourisme, il a gouté à tout et tout essayé : le tour operating à l’étranger, à Paris avec « Couleurs Locales », la plateforme numérique avec « Chic Holidays» et l’hôtellerie écologique.

Il a même introduit son holding à la Bourse de Tunis et investit dans le transport aérien, dans la compagnie de vols intérieurs « Tuninter» qui deviendra par la suite «Tunisair Express».

Il a été même l’instigateur et l’un des fondateurs de l’organisation patronale créée l’année dernière (2018) : l’Union Nationale de l’Industrie Hôtelière (U.N.I.H).

Mais pour  lui, l’œuvre de sa vie et qui constitue son apothéose est « Villa Didon », cet hotel boutique, qu’il a ouvert en 2004, à Carthage, sur le haut de la colline de Byrsa : tout un symbole !

Mongi n’était pas qu’un homme d’affaires, un «Ger…bien». Il était aussi un homme de goût, de culture et de savoir vivre, un mécène. Il créa, en 1998, le « Prix Didon d’Or » de la Femme tunisienne.

Mongi LOUKIL était tout ça et bien plus encore. Ce qui reste de lui, c’est son sourire et son amour de la vie qui enterre la mort. Sa  mémoire sera toujours présente et vivante parmi nous !

Repose en paix. Tes enfants : Sami, Karim, Mehdi et Maher poursuivront ton œuvre. Ton corps est parti ; mais ton esprit est toujours ici. Le tourisme continuera à vivre avec la flamme et l’enthousiasme que tu lui as insufflés.

Montre plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer